Changer la gauche

Sidebar
Menu
primaires

Le Pen et les primaires, par Pierre Haroche

marine-le-pen


Quoique l’on pense de la fiabilité des sondages à plus d’un an de la présidentielle, on peut s’accorder sur un point : la présence de Marine Le Pen au second tour est désormais une hypothèse crédible. Alors que l’on agite le scénario d’un nouveau 21 avril dans tous les sens, à l’endroit et à l’envers, il convient de souligner une différence de taille avec 2002 : le temps.

En 2002, les premiers sondages donnant Jean-Marie Le Pen et Lionel Jospin au coude à coude étaient intervenus dans les derniers jours de la campagne et aucun média n’avait mis en lumière le risque d’élimination du socialiste. Le 21 avril, beaucoup d’électeurs de gauche s’étaient abstenus ou s’étaient reportés sur des "petits" candidats, et avaient finalement été amèrement surpris par le résultat. Cette fois, les dits sondages interviennent alors que la campagne n’a pas commencé et que les candidats ne sont pas encore déclarés. Tout le monde a le temps d’anticiper.

Imaginons (ce qui n’est pas encore certain) que l’hypothèse actuelle se confirme, c'est-à-dire Le Pen, Sarkozy et le candidat socialiste à quelques points d’écart les uns des autres. Il est une question qu’il faudra bien se poser : voter disons Jean-Luc Mélenchon ou Eva Joly, est-ce voter pour l’élimination de la gauche ? Il est à parier que beaucoup hésiteront, même parmi leurs partisans les plus convaincus. Le phénomène auquel nous pourrions alors assister serait celui d’une dé-primarisation du premier tour de la présidentielle. En effet, lorsque la gauche et la droite classique sont certaines d’être représentées au second tour, le premier tour peut prendre des allures de primaires dans chaque camp, l’exemple typique étant 1995 et le duel Chirac-Balladur. Mais si l’extrême droite est dans le duo de tête, alors ce jeu n’a plus de sens. Tout l’enjeu est de se qualifier. La présidentielle tend à devenir une élection à un seul tour.

Et c’est là que l’initiative socialiste d’organiser des primaires ouvertes à tous les électeurs de gauche pourrait prendre une dimension nouvelle. Ces primaires ont été beaucoup critiquées notamment parce qu’elles encouragent la compétition fratricide entre des candidats qui devront se rassembler à la présidentielle. Mais si le premier tour devient le tour décisif, ce grand débat interne à la gauche devient alors salutaire. L’appel à "voter utile" au premier tour aura une toute autre légitimité dès lors que les électeurs écologistes, du Front de Gauche, voire centristes, auront eu l’occasion de participer à la désignation du candidat socialiste. Si tout est décalé d’un cran, alors c’est au primaires que devront s’exprimer les tendances internes à la gauche et au premier tour de la présidentielle que le candidat commun devra l’emporter.

Bien entendu, tout cela est encore hypothétique. Bien entendu, les électeurs de la gauche non socialiste ne trouveront pas forcément leur bonheur parmi les candidats à la primaire ouverte, quoique l’éventail des pressentis ne soit pas négligeable. Mais il faut se souvenir qu’en 2002, ce n’était pas tant le Front national qui avait gagné des électeurs que la gauche qui s’était démobilisée. Au lieu d’entrer dans des débats misérables du type "à qui profite la montée du FN ?", prendre les devants par une dynamique mobilisatrice et qui plus est démocratique, voilà le véritable enjeu.


Pierre Haroche

0 Comments
Derniers commentaires